Fullscreen
Loading...
 

De la cognition individuelle à la cognition sociale

Mots clefs: Dynamiques sociales, modélisation des critères de décision, mesures sociales quantitatives, cosy:cognition sociale?
hétérogénéité inter-individuelle.

La cognition est le traitement de l’information, pensé dans un sens très large, incluant tous ses aspects comme, par exemple, les processus d’interprétation. Un système cognitif est ainsi un système de traitement de l’information. Il peut être incorporé dans un individu unique ou distribué sur un grand nombre d’individus. On parlera alors de cognition individuelle ou de cognition distribuée. La cognition sociale est une cognition distribuée sur l’ensemble des individus d’une société, en interaction au sein d’un réseau social. La cognition individuelle peut, elle aussi, être considérée comme une cognition distribuée sur le réseau neuronal.


Dans les réseaux sociaux, une information touche certains agents puis son contenu est traité par le réseau social, produisant d'autres informations et d'autres liens sociaux par des interactions en chaîne. Ce processus de cognition sociale peut alors donner lieu une transformation du réseau social.

Aussi bien au niveau individuel que collectif, des contraintes fortes s’appliquent aux processus cognitifs : rien ne peut être fait par des individus en dehors de ce qu'ils savent faire seuls ou en interaction avec les autres ; rien ne peut être anticipé en dehors de ce qu'ils savent prédire seuls ou en interaction avec d’autres. La structure des réseaux et la nature des interactions constituent en elles-même des contraintes sur les processus cognitifs.

Des protocoles permettant de qualifier ou quantifier au niveau infra individuel, individuel et collectif les effets de ces contraintes commencent à voir le jour et suggèrent de nouveaux modèles. L’évolution rapide des interactions sociales vers des supports numériques rend par ailleurs possible la collecte massive de données sur la cognition sociale du point de vue de ses processus (structure spatiales des interactions, distribution temporelles, etc.) comme de ses produits (documents électroniques, données sur les utilisateurs, etc.). La conjonction de ces deux phénomènes ouvre aujourd’hui de nouvelles perspectives pour l’étude de la cognition individuelle et sociale sur la base d’une confrontation avec les données. C'est un enjeu majeur pour une meilleure compréhension de l’évolution de nos sociétés.

Défis

  • 1er Défi : Cognition individuelle, contraintes cognitives et processus de décision
  • 2ème Défi : Modélisation de la dynamique des communautés scientifiques
  • 3ème Défi : La société de l'Internet, l'Internet de la société.

1er Défi : . Cognition individuelle, contraintes cognitives et processus de décision


La relation entre les processus cognitifs de haut niveau et de bas niveau reste problématique : le lien entre les processus dynamiques dans le réseau neuronal et les processus symboliques étudiés par la psychologie ou la linguistique est encore mal compris. Une voie prometteuse consiste à explorer de manière beaucoup plus attentive les dynamiques spatiotemporelles mésoscopiques, comme par exemple les colonnes corticales, les assemblées de neurones synchrones (ou, plus généralement, polysynchrones). Ces dynamiques spatiotemporelles peuvent servir de véritables révélateurs des processus symboliques. Un travail théorique, méthodologique, comme un partage des données dans de très grandes bases munies de leurs métadonnées est incontournable pour aboutir à une meilleure compréhension du passage entre processus dynamiques et processus symboliques.

Une avancée dans ce grand défi permettrait non seulement une voie essentielle d'unification du champ des sciences cognitives mais aussi de lancer beaucoup plus dynamiquement le champ nouveau de la neuroéconomie : l'observation de l'activité neuronale renouvelle l'étude du comportement du sujet face à la "nature" ou dans ses interactions stratégiques et sociales avec les autres. Cela permet aussi de revisiter, du point de vue de l'économie cognitive, la théorie de la décision mais aussi de la théorie des jeux classiques, y compris les concepts de préférences et d'utilités à la base de la théorie économique.

2ème Défi : Modélisation de la dynamique des communautés scientifiques

Les communautés scientifiques constituent un espace privilégié pour l’étude de la cognition sociale du fait que la structure des réseaux impliqués (organisation en équipes, réseaux de collaboration, réseaux de co-auteurs, réseaux de citations) tout comme la production de ces communautés (colloques, revues, articles) sont connus dans le temps. Les communautés scientifiques développent pour leurs échanges un langage propre dont l’évolution reflète leur activité. Ceci permet de poser des questions très précises sur la manière dont les communautés scientifiques traitent collectivement l’information, et pour n’en citer que quelques-unes : comment sont adoptés les nouveaux concepts ou les nouvelles thématiques ? Quelles sont les structures remarquables dans la diffusion des innovations (effets de prestige, de traditions locales, etc.). Quel est l’effet du fractionnement en communautés ou de la création de liens entre communautés sur le développement de la connaissance ? Quelles sont les relations entre trajectoires individuelles et évolutions des communautés ? Quels outils développer visualiser dynamiquement de l’évolution des paradigmes scientifique en intégrant au fur et à mesure le flux des productions scientifiques.

Mots-clef :
Scientométrie, épistémologie, découverte collective, diffusion de concepts, réseaux de collaboration

Exemples :

  • Emergence et diffusion de nouveaux concepts dans les bases d’articles
  • Détection de champs scientifiques émergents
  • Dynamique des réseaux de collaboration
  • Comparaison d’orientation scientifiques entre communautés ou organismes distincts


3ème Défi : La société de l'Internet, l'Internet de la société.


La quantité de d’information archivée sur Internet aura bientôt largement dépassé celle stockée sur support papier. Internet concentre aujourd’hui des espaces de stockage de connaissances (articles, encyclopédies, etc.). Il est aussi un lieu de discussion (blogs, forums), de commerce (sites d’enchères, de vente et de troc), de référencement (autant pour les individus à travers les pages personnelles que pour les institutions ou les entreprises), une mémoire externe pour les réseaux de relations (réseaux d’amis, groupes de travail, etc.) et également l'agenda du monde avec des centaines de milliers d'événements annoncés chaque jour. Quels changements ce nouvel outil est en train d'apporter aux processus de cognition sociale (nouvelles formes de rencontre, nouvelles formes d'échange, nouvelles formes de débats, nouvelles formes d'élaboration collective de connaissances) ? Pour la premières fois, toutes ces données sont empiriquement exploitables avec une très grande précision spatio-temporelle. Comment utiliser ces nouvelles sources d'information pour mieux comprendre les dynamiques sociales et nous munir d'outils pour visualiser la complexité de l'activité sociale révélée par Internet ? Un défi majeur est de transformer l'information brute disponible sur Internet en des flux structurés d'information permettant de visualiser, de modéliser et de reconstruire de façon multi-échelle les processus de cognition sociale à l’œuvre sur la toile.

Mots-clef
Indexation géolocalisée, diffusion d’émotion sociale, communautés épistémiques, dynamiques sociales et évolution culturelle, visualisation, élaboration collective de connaissances.

Exemples :

  • Impact des blogs dans le débat politique et citoyen,
  • Nouvelles dynamiques pour l'élaboration collective de connaissances (Wikipedia, logiciel libre, etc.) ,
  • Mesure de propagation d'émotion sociale suite à un évènements social important via le nombre de requêtes (ex : Google trend) ,
  • Etude comparative des différences culturelles via les informations géo-localisées (sémantique dans les pages, Tags, requêtes dans les moteurs de recherche, etc.), reconstruction des territoires culturels.
  • Formation de communautés épistémiques, réseaux d'amis, etc.

Nous vous invitons à commenter cette page. Pour cela, il vous faut au préalable vous connecter. Si vous n'avez pas de login, en obtenir un vous prendra 10 secondes.



Contributors to this page: davidchavalarias , pbourgine and cointet .
Page last modified on Sunday 01 April, 2007 15:52:32 CEST by davidchavalarias.